Herock Spa Rally : Considéré comme un outsider, Adrian Fernémont s'impose.

12 mars 2018

Au terme de la première soirée de ce Herock Spa Rally, Kris Princen était bien parti pour décrocher une victoire qui s'était refusée in extremis à lui un an plus tôt : nanti d'une avance de 17''1 sur Ghislain de Mévius et de 35'' sur Adrian Fernémont, il semblait de taille à gérer son avance sur les dix spéciales figurant au menu de la journée de samedi.

Fin stratège, le leader ne tenait pas compte de la météo plutôt clémente et chaussait des pneus ''full pluie'' pour disputer la première boucle, sachant qu'il perdrait du temps sur les secteurs asphaltés mais en regagnerait sur la portion en terre de la Clémentine. Le calcul était bon puisque le pilote de la Fabia n°1 rentrait au parc d'assistance nanti d'un avantage de 22''7 sur Ghislain de Mévius et 26''9 sur Adrian Fernémont.

La seconde boucle dans la spéciale de Blanchimont change la donne : Kris Princen perdait plus de 40'' sur crevaison. Adrian Fernémont se trouvait propulsé en tête au moment d'aborder les trois ultimes sprints mais l'écart avec Kris Princen restait mince.

Gérant la situation, le meneur ne laissait que 1''1 à son rival et grimpait pour la première fois sur la plus haute marche du podium d'un rallye national : « Je ne réalise pas bien ce qui m'arrive », expliquait-il à sa descente de voiture.

« Ce rallye était compliqué et stressant mais je suis parvenu à rester concentrer et à éviter toute erreur. Sans forfanterie, je suis très fier d'avoir évolué au niveau d'une référence comme Kris Princen ! »

Beau joueur, Kris était le premier à souligner les mérites du vainqueur :

« Il aurait fallu quatre chronos supplémentaires pour que j'espère le déloger de la première place et je le félicite sincèrement. Après ma crevaison, je n'ai plus vraiment cherché le dernier carat car il ne servait à rien de risquer le tout pour le tout. Cela dit, même si la médaille d'argent constitue une bonne affaire dans l'optique du championnat, je reste un peu sur ma faim car je prends toujours le départ d'une épreuve pour la gagner ! »

Le podium était complété par Michael Albert, auteur d'un parcours aussi solide que constant sur la Ford Fiesta R5 dont il disposait pour la première fois :

« Ce week-end, il fallait rester sur la route et éviter de prendre tous les risques. Cette approche a payé et au bout du compte, un podium à Spa, c'est plutôt pas mal, il me semble ! »

Finalement 4ème, Ghislain de Mévius faisait contre mauvaise fortune bon cœur, celui ayant perdu 4 minutes après avoir cassé une jante contre un bloc de pierre.

« Au moment où j'ai été retardé, j'étais en bagarre avec Adrian Fernémont... Donc, j'avais une belle carte à jouer. Tant pis, ce sera pour la prochaine fois. »

Le top 5 était complété par Pieter-Jan Michiel Cracco, auteur d'un parcours convaincant sur sa Ford Fiesta R5. Patrick Snijers, sixième et vainqueur en GT.

En juniors, c’est Grégoire Munster qui s’impose devant Jean Dilley et Tobias Brüls.

Du coté des Historics, c’est Christophe Daco qui l’emporte après une course impressionnante, se hissant à la 11e place finale sur sa Ford Escort ex-Lietaer Tom Van Rompuy finit second devant André Lausberg.

Un Herock Spa rallye qui se finit sur de belles performances de chacun sur un parcours mélangeant terres et asphaltes.

Cap maintenant sur la 3ème manche du championnat, le TAC Rally ces 7 et 8 avril prochains.

SPORT 7 & com