7 ENTRE NOUS - Interview de Guy Gilloteaux

15 septembre 2020 - 420 vues

Guy GILLOTEAUX dans « 7 entre nous » :

« Je ne regarde plus la lune de la même manière »

L’été 2020 restera comme le premier placé sous l’influence directe du coronavirus. Quelles leçons en tirer, plus spécialement au niveau touristique ? Le bourgmestre de La Roche-en Ardenne, Guy Gilloteaux, était le premier invité de la nouvelle émission « 7 entre nous » sur 7 FM. Voici quelques morceaux choisis dans ce qu’il dit de ces six derniers mois exceptionnels à plus d’un titre.

ATTEINT PAR LE CORONAVIRUS.- « Dès le 15 mars, j’ai su que j’étais touché par le Covid. Mon épouse aussi été atteinte. Nous avons vécu une période de trois semaines d’inquiétude, d’incertitude… Depuis, je ne regarde plus la lune de même manière. (…) Comme d’autres bourgmestres qui ont aussi été atteints par le virus, cela m’a amené à des prendre des mesures plus rapidement. La dernière mesure que nous avons prise en juillet était d’imposer le masque sur 16 hectares du centre-ville, et nous avons été suivis par la suite ».

L’ANGOISSE ET L’APAISEMENT.- « Pendant la période du confinement, on entendait le calme, on avait presque l’impression d’entendre le soleil. J’ai réentendu le coucou que je n’entendais plus depuis des années. Ce fut une période d’angoisse mais aussi une forme d’apaisement ».

EN MAI, UN RODÉO.- « En mai, l’arrivée des motards en masse, ce fut un rodéo. Le tourisme d’un jour n’était pas autorisé, il n’y avait pas de structures d’accueil, et voilà des milliers de motards qui sont passés par La Roche avec des arrêts bien compréhensifs sur la place du Bronze. Cela n’aura de cesse de se répéter à trois ou quatre avalanches successives.
Le mercredi veille de l’Ascension, on annonce la possibilité de revenir dans les caravanes résidentielles immédiatement alors que ni les exploitants de camping ni les bourgmestres ne sont au courant. Comment faire face à de tels chocs ? »

LA POPULATION ROCHOISE PRÉSERVÉE.- « A La Roche, nous avons été relativement préservés du Covid : 20 à 25 personnes atteintes officiellement depuis le début de l’épidémie. Les mesures prises ont permis à la population de se protéger par rapport à la fréquentation touristique ».

COMME DANS LES ANNÉES ’70.- « Cet été 2020, nous l’avons vécu comme un retour dans le passé. Dans les années ’70, beaucoup de personnes ne partaient pas en Espagne, en France ou même plus loin. Nous avons retrouvé un tel monde, mais avec des niveaux de tolérance différents. Nous avons eu quelques chocs de fréquentation, comme la plage de Maboge, le lac du barrage de Nisramont ou le centre-ville. On avait pris les mesures très rapidement concernant le port du masque. Certaines personnes m’ont cependant dit être venues à La Roche et être reparties parce qu’il y avait trop de monde ».

LES MOYENS POLICIERS N’ONT PAS ÉTÉ RENFORCÉS.- « Au mois de juillet, nous avons eu énormément de monde. 25.000, 30.000 personnes par jour ? On ne sait pas exactement. Ce que j’ai alors demandé au ministre de l’Intérieur, c’est que si les moutons se déplacent d’une capitale vers les alpages, vers l’Ardenne, que les bergers, les policiers, suivent. Nous sommes une commune de 4.200 habitants et nous avons les moyens policiers pour une commune de 4.200 habitants. Quand on se retrouve avec 30.000 ou 40.000 personnes, ces moyens-là ne sont plus suffisants. Et non, je n’ai pas vu arriver les moyens demandés ».

  • « 7 entre nous » avec Guy Gilloteaux est rediffusée ce dimanche 13 septembre à 12h et le samedi 19 septembre à 12h.