5ème victoire pour Kris Princen à Landen

24 février 2019

Que ce soit avec Bram Eelbode l'an dernier ou avec le nouveau conseiller communal de Landen Peter Kaspers à sa droite, Kris Princen est décidément devenu maître dans son jardin.

Dans cette 22ème édition du Rally van Haspengouw qui s'annonçait très disputée avec un superbe plateau au départ, il a remarquablement mené sa barque pour dominer les débats de bout en bout et s'imposer "en roues libres" avec une confortable avance de 17"6. Auteur des trois premiers meilleurs temps ce matin, Kris s'est d'emblée ménagé un avantage psychologique sur ses adversaires, poussant notamment Patrick Snijers à la faute dès l'ES 2. Poursuivant sur sa lancée dans la 2e boucle, il a évité toute erreur et tout problème, au contraire de ses principaux opposants. Après Snijers, Guillaume de Mevius et Adrian Fernémont disparaissaient, victimes de problèmes de transmission. Puis Cédric Cherain allait à la faute, perdant une vingtaine de secondes. Et enfin, Vincent Verschueren était considérablement retardé par deux crevaisons.

Alors qu'il était revenu tout près de Sébastien Bedoret, le pilote GoDrive a en effet crevé à nouveau un pneu arrière de sa Skoda dans l'avant-dernière spéciale. Retombé en 7ème position, il a réussi à reprendre l'avantage sur Bastien Rouard et Gunther Monnens, mais il a dû se contenter d'une décevante 5ème place derrière Kris Princen, Cédric Cherain, Sébastien Bedoret et Ghislain de Mevius.

A l'arrivée, Princen était évidemment radieux : "On m'a appris que je deviens co-recordman des victoires ici (5) avec Snijers et Tsjoen. Ça fait évidemment plaisir. Mais je suis surtout heureux pour BMA qu'ils soient les premiers à imposer la Polo en Belgique. Ce fut une belle course. J'ai dû rouler vite mais sans excès. Les problèmes des autres nous ont facilité la tâche en fin de course. L'année prochaine, je serai seul recordman..."

Même battu, le bilan est encourageant pour Cédric Cherain car il a rarement aussi bien entamé une saison : "En fait jamais. Je n'ai jamais décroché un podium lors de la première course de l'année en BRC. C'est donc bien parti. Le plan est maintenant d'être au départ de Spa. Ensuite, j'espère trouver les moyens pour disputer tout le championnat."

L'autre pilote qui peut se montrer heureux, c'est Sébastien Bedoret. A défaut d'avoir pu vraiment rivaliser avec les ténors, il s'offre un beau podium et termine premier des jeunes pouvant encore être considérés comme des espoirs. "Terminer sur le podium fait évidemment plaisir. Mais il y a encore du travail. Avant de penser à la victoire, il faudrait arriver à rivaliser avec les meilleurs de bout en bout. Ici, j'ai commis quelques petites erreurs lors de la 1ère boucle. Ensuite, ça s'est bien passé et nous nous sommes livré une belle bagarre avec Verschueren. Rendez-vous à Tielt car nous ferons l'impasse sur Spa pour préparer un autre grand défi, le Tour de Corse."

5ème, Ghislain de Mevius se montre aussi satisfait : "Je trouve que j'ai livré une belle course. Nous n'étions pas dans le rythme des ténors mais nous n'avons pas fait d'erreur. Par rapport à Bedoret, je perdais surtout dans la spéciale-show. Je pense qu'il me manquait un petit quelque chose dans les passages les plus rapides."

Derrière, Matthias Boon ne pouvait pas jubiler de la même façon. Il a perdu sa 8ème place au profit de Jonas Langenakens quand le joint de culasse de sa Subaru a rendu l'âme dans le dernier chrono. Langenakens pouvait difficilement espérer mieux puisqu'avec sa "vieille" Mitsubishi Lancer, il devance quand même les R5 de Reynvoet, Verstaen et Vanden Abeele.

Beau 11ème, Patrick Diels a effacé les divers déboires rencontrés précédemment avec sa BMW 132i en remportant cette manche de la M Cup devant Franky Boulat, Guino Kenis, net vainqueur en Historic BRC, et Tom Ceuppens.

Devant ces deux derniers, Grégoire Munster a justifié la confiance placée en lui par Opel Motorsport et Opel Belgium en hissant sa "petite" Adam R2 à la 14ème au général, au milieu des grosses cylindrées. Il a nettement dominé le classement 'Juniors' où la 2ème place est finalement revenue à Thibaud Mazuin (Peugeot 208) qui a pris l'avantage sur Glen Snaet (Peugeot 208) après le malheureux abandon de Valentin Vertommen, stoppé dans l'ES 10 par un bris de cardan sur sa Ford Fiesta.

En Historic, Nick Toorré (Ford Sierra) et Arthur Kerkhove (Ford Escort) ont complété le podium derrière la BMW M3 de Guino Kenis.

Les derniers abandons de l'épreuve, outre Boon et Vertommen, ont frappé Eddy Vandevelde (ES 9) et Bert Truyens (commande de boîte de vitesses, ES 10).

SPORT 7 & com
Photo : Michel Laboureur