Alonso, Buemi et Nakajima remportent les 6 Heures de Spa-Francorchamps


06 mai 2019

Fernando Alonso, Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima ont décroché leur quatrième victoire à l’issue des TOTAL 6 Heures de Spa-Francorchamps 2019.

Malgré une météo changeante, 52000 spectateurs ont profité de cet événement WEC tout au long de cette semaine.

La TS050 HYBRID n°8 de Toyota Gazoo Racing a signé une victoire marquante sous une météo alternant pluie battante et averses de neige, qui a fait de cette manche belge une course aussi exaltante qu’imprévisible.

Ces 6 heures ont connu quatre neutralisations sous Safety Car, dues à une météo se dégradant, et la course a été finalement interrompue au drapeau rouge à 11 minutes de son terme alors que le temps faisait à nouveau des siennes.

Grâce à cette victoire, Alonso, Buemi et Nakajima ont franchi une étape supplémentaire vers le titre mondial 2018-2019 des pilotes LMP, disposant désormais d’une avance de 31 points. Cette couronne se décidera en juin prochain aux 24 Heures du Mans, Super Finale de la saison.

Partie de la pole position la deuxième TS050 HYBRID de Toyota Gazoo Racing (n°7), pilotée par Mike Conway, Kamui Kobayashi et José Maria Lopez, était confortable leader jusqu’à l’approche de la mi-course. A ce moment, elle perd 11 minutes et 4 tours au stand après réparation d’un souci de capteur sur leur système hybride.

Lorsque cet incident s’est déclaré, Kobayashi a été contraint de rentrer au stand alors qu’il comptait 50 secondes d’avance. La Toyota n°7 termine finalement à la sixième place de la catégorie LMP1.

Mais c’est aussi jour de fête pour Toyota Gazoo Racing, car la marque japonaise s’adjuge le titre mondial des constructeurs à une manche du terme de cette Super Saison.

La Rebellion R13-Gibson n°3 de Gustavo Menezes, Thomas Laurent et Nathanaël Berthon termine deuxième après une lutte serrée avec la BR Engineering n°11 de SMP Racing, pilotée par Stoffel Vandoorne, nouveau venu en WEC, et ses coéquipiers Mikhail Aleshin et Vitaly Petrov.

Le deuxième prototype de SMP Racing, aux mains de Sergey Sirotkin, Stéphane Sarrazin et Egor Orudzhev, termine au pied du podium après la perte d’une roue pendant la deuxième heure.

SPORT 7 & com
Photo : Michel Laboureur